Historique de la MMG
Merci de patienter loading
Portail d'accueil
MMG BéziersPrésentationArticlesConnexion
PrésentationHistoriqueRôles


Historique de la MMG

Posté le 16/09/2014 à 13:02 par l'administrateur

     2002 - 2005 : la gestation de la MMG

La Maison Médicale de Garde de Béziers est née du constat par les médecins généralistes, lors de leur grève des gardes et astreintes en 2002, que leur organisation professionnelle pour répondre à la demande croissante de la population en soins non programmés ( [1]) était inefficace et non adaptée aux contraintes médicales et professionnelles.

Le Dr  Thierry Stefanaggi a été chargé par ses confrères et par le Conseil de l' Ordre Départemental des Médecins de trouver une solution au problème d'organisation constaté lors de cette grève. La solution d'une Maison Médicale de Garde a été retenue après une étude et une large concertation des professionnels de la zone.

Une formation à l' Ecole Centrale Paris « Mastère spécialisé en Management et Technologie des Etablissements et Réseaux de Santé » a été suivie entre 2003 et 2005, par le Dr Stefanaggi, pour aboutir à un projet viable en 2005, proposé aux institutions et aux professionnels.

 

        2005 : La naissance de la MMG

Après adaptation du projet avec l'aide du Centre Hospitalier de Béziers le principe de la création d'une Maison Médicale de Garde, coordonnée avec les services hospitaliers d'Urgence, a été accepté et son financement a été acté par le FIQCS (Fond d'Intervention pour la Qualité et la Coordination des Soins), fonds d'aide aux expérimentations en secteur libéral de l'Urcam (Union Régionale des Caisses d'Assurance Maladie) et de l'ARH (Agence Régionale de l'Hospitalisation).

Un partenariat a été d'emblée signé entre les services d'Urgences (publics et privés) et la MMG afin de mettre en place un transfert de charge entre Urgences et MMG : les patients présentant des pathologies relevant de la médecine générale et se présentant spontanément aux Urgences, sont systématiquement redirigés vers la MMG. Cette procédure est facilitée par la situation de la MMG dans les locaux mêmes du CH Béziers. L'identité libérale de la MMG est conservée et chaque médecin intervenant assume la facturation de ses actes et sa responsabilité professionnelle. Le tiers payant « urgences » est possible et laissé à l'appréciation du praticien.

L'ouverture de la MMG a été réalisée le 15 Mai 2005 pour couvrir le secteur de la ville de Béziers.

 

    2005- 2008 : Le développement de la MMG

Rapidement au cours de l'année 2005, puis 2006, les secteurs périurbains s'agrègent au secteur de Béziers (Lespignan, Colombiers, Nissan, Boujan, Lignan, Corneilhan...). Au cours de l'année 2007 les cantons ruraux (St Chinian, Murviel, Quarante, Montblanc...) sont fusionnés avec le secteur agrandi de Béziers du fait du désengagement progressif des Médecins Généralistes les plus âgés des secteurs ruraux. La MMG couvre donc un secteur de 40kms de diamètre depuis 2007. Depuis début 2009, le secteur des plages (Valras, Sérignan, Portiragnes...) a été rattaché au secteur de Béziers et à la MMG.

Depuis fin 2007, conformément à une demande conjointe des médecins généralistes du secteur de St Pons et de l'Urcam (Union Régionale des Caisses d'Assurance Maladie), une réflexion est menée sur le secteur de St Pons-Olargues afin de trouver une solution pérenne pour la permanence des soins de ce secteur. L'idée développée, validée par le FIQCS mais à ce jour, non opérationnelle, est de créer un deuxième site pour la MMG Béziers, au sein de l'Hôpital local de St Pons, site ouvert uniquement le WE, et médicalisé à la fois par les médecins locaux et les médecins biterrois volontaires pour une entre-aide « urbains-ruraux » (40 MG volontaires).

 

    2009- 2010 : La maturation de la MMG

Depuis début 2009, plusieurs secteurs ont demandé l'aide méthodologique ou humaine de la MMG et de ses coordinateurs : secteur de Pezenas, Pays Haut Languedoc et Vignoble, secteur de Bédarieux et St Gervais. Ces demandes vont dans le même sens que celle de St Pons, mais les difficultés de financement du FIQCS (Fond d'Intervention pour la Qualité et la Coordination des Soins) sont un signal fort à prendre en compte face à ces demandes.

L'élargissement du secteur d'activité de la MMG entraîne une montée de l'activité et la nécessité d'avoir, au moins sur le WE, un deuxième médecin d'astreinte: le principe a été acté fin Novembre 2009 par le CODAMUPS (Comité Départemental de l'Aide  Médicale Urgente et de la Permanence des Soins) et validé par le Préfet et l'Agence Régionale de Santé en Mars 2010.

Le dispositif MMG a montré sa réactivité depuis le début de la crise liée à la pandémie grippale H1N1 : la MMG participe à la réflexion avec la cellule de crise du Centre Hospitalier de Béziers et s'est positionnée comme un centre potentiel de tri et de traitement des patients grippés, ou supposés l'être, en amont des Urgences Hospitalières. En phase 6 du plan pandémie, il a été proposé spontanément par les médecins généralistes intervenants à la MMG que celle-ci ouvre en journée pour répondre à cette fonction de tri et de traitement. Cela a été validé par le Conseil Départemental de l'Ordre des Médecins et l'ARS (Agence régionale de Santé).

 


[1] Definition Permanence Des Soins :

C'est la prise en charge des soins non programmés, non urgents Elle ne saurait couvrir que les actes médicalement indispensables , pour les soins d'urgence classés I et II (et non au-delà). Définition qui a été proposée par un groupe URCAM DRSM URML Languedoc Roussillon : c'est une « Organisation adaptée et cohérente des différents modes d'offres de soins existants sur une zone géographique et populationnelle définie afin d'apporter une réponse pertinente en accès, en temps et en mode de prise en charge à une demande de soins non programmés. »